Victor

Je m’appelle Victor. J’ai 50 ans et j’ai un secret. Depuis plus de trente ans maintenant, je fais semblant. Pour tout le monde, je suis un Homme...un homme à femme. Père de famille et chef d’entreprise, en apparence je gère et je contrôle. Et pourtant... ... Pourtant, depuis toutes ces années, le poids du secret m’entraîne, lentement, toujours un peu plus loin dans les abîmes de mon mensonge. Même sur cette page, mes mains tremblent à l’idée d’évoquer ce secret. J’ose à peine écrire... que je les aime...les hommes. La vérité ? La vérité est que le corps d’une femme ne m’a jamais fait bander. Qu’il a fallu bien souvent fantasmer en secret sur le cul de mes amants pour pourvoir falsifier la réalité. Dans la journée, je pense à mes soirées. Mes fantasmes me harcèlent. Alors quand vient le soir, je l’appelle, elle : J’use et j’abuse de mensonges : un dîner d’affaires, un dossier à clôturer, un voyage à l’étranger... Mille et une excuses pour ne pas affronter la vérité. Je raccroche, je me douche et je pars dans les bars chercher un bien-aimé. Parfois, après l’amour, quand je suis dans les bras aimants d’un prétendant, Je crois que tout est possible. Je me sens comme un chevalier prêt à se battre contre vents et marées. Je me dis que demain... ... Oui demain, je parlerai : je dirai toute la vérité ! Je leur dirai à femme, enfants, parents, employés, amis avec le petit « a », que je suis un homo contrarié et que, désormais, je veux vivre libre ! Libre d’assumer ma sexualité. Que je suis et que je reste un homme avec les mêmes devoirs et les mêmes droits qu’un autre. Que je n’ai commis aucun crime sauf peut-être celui de ne pas avoir assumé cette homosexualité et d’avoir menti à tous pendant tant d’années. Je leur dirai aussi que je ne suis pas différent d’eux. Que c’est la société, empreinte de valeurs religieuses dépassées, qui a fait de nous, de moi, des soi-disant « Pédés » et qui, de ce fait, a marqué cette différence. Je les entends d’ici me répondre que je ne suis pas dans la norme. Je leur demanderai alors : C’est quoi la normalité ? Qui définit cette norme et sur quelles bases ? Qu’ils se montrent maintenant et qu’ils aient des arguments ! En silence, je jubile... Au cœur de la nuit, je les imagine tous, les uns après les autres : Mes parents seraient stupéfiés, ma femme effrayée, mes enfants effarés, mes employés choqués et mes amis... mes fameux amis... je pourrais presque les entendre chuchoter que je suis fou à lier, qu’il faut m’enfermer... et vite cacher ce pédé qui pourrait entacher leur petite notoriété de bourgeois de quartier ! Au cœur de ma révolte, je me sens libéré, heureux d’assumer mon homosexualité. Dans ma tête, je me suis battu contre vents et marées. Je me dis que demain, oui c’est sûr, demain je parlerai : je dirai toute cette vérité ! Et, inévitablement, ma montre se met à sonner... ... C’est l’heure. La réalité réapparaît : terrible et glacée. Ma détermination se fissure ; mes résolutions s’ébranlent. C’est le moment de quitter cet amant : je dois respecter mes engagements. Alors misérable que je suis, je rejoins le lit conjugal. Je replonge dans cette spirale infernale qui a fait de moi l’homme de cette femme. Mais cette fois, je le dis et je l’écris : ÇA SUFFIT ! Ma main ne tremble plus parce que je quitte cette vie de folie... Quand vous, messieurs les pompiers, vous me trouverez attaché tout en haut de cette poutre, je serai enfin libéré. Adieu. Je pars heureux... Victor


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

IVG