top of page

Plus question d’être un dindon!

Quelques personnes autour de moi m’ont parlé du livre « Le Traître et le néant » de Fabrice Lhomme et Gérard Davet… deux journalistes du Monde qui ont enquêté sur Emmanuel Macron. À la base, je n’avais pas une grande envie de le lire. Utiliser mon temps de loisirs pour découvrir un individu qui me provoquait déjà du rejet me semblait être un tantinet masochiste.


Mais voilà, ma curiosité ayant été furieusement titillée par la réaction de mes amis, j’ai changé d’avis. J’ai eu envie de savoir ce qu’il y avait de nouveau dans ce bouquin qui suscitait chez les uns et les autres une nausée si profonde qu’ils refermaient le livre avant même d’être allés jusqu’à la dernière page.


Pour être franche, j’ai fait comme eux : Je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout ! Je me suis arrêtée autour de la cinq centième page. Trop écœurée !


Mon rejet s’est vu non seulement renforcé mais pire que ça, à présent, je n’ai plus envie d’aller voter.


Un premier élément m’a frappé : Tous les intervenants répètent la même chose ! Emmanuel Macron est vif, charmeur et brillant.


Au fil des pages, plus son portrait s’affinait et plus il me faisait penser au héros d’Oscar Wilde : Dorian Gray. Ce type, sans qu’on en comprenne la raison véritable, sent le soufre. La ressemblance avec Dorian Gray, pour moi, est saisissante ! Comme lui, EM est séduisant et a une sacrée tendance au narcissisme. Sa dernière allocution est frappante : Alors que les français n’en peuvent plus de sa politique, il déclare, sans rire, qu’il fait ce pourquoi il a été élu ! Il faudrait presque qu’on le remercie. C’est vrai…Que ces français sont ingrats !


Le deuxième élément qui a suscité mon attention, c’est qu’Emmanuel Macron aime relever des défis et, surtout, les gagner.


Dans ce livre, on voit comment il est placé par Minc et Attali dans le gouvernement du Président Hollande. Comment il prend la température, comment il constitue ses différents réseaux.


Ses conseillers lui suggèrent de franchir les étapes progressivement, il n’en a que faire. Le petit veut devenir grand ; et vite de préférence ! Il ne fera pas de la politique « à la papa » en gravissant les échelons, il les sautera tous et sera directement candidat à la présidence. Il la prendra à la hussarde !


Pour cela, le couple Macron se donne les moyens. Si je parle du couple, c’est qu’on réalise dans l’enquête à quel point Brigitte joue un rôle important auprès de son mari. Ensemble, le couple tisse une toile et elle à l’air, toujours selon le livre, gigantesque : Réseaux, financements (plutôt obscurs), marketing…Rien n’est laissé au hasard.


En revanche, pour les grandes idées, on attend toujours ! … Mais qu’importe pour le fond, Macron soigne avant tout la forme. Et le pire, malheureusement, c’est que ça fonctionne.


Tout est prêt, le joueur de pipeau se met en marche. Les médias et une partie de la population suivent, hypnotisés.


Alors que j’avance dans ce livre, je vois aux infos que la rage monte contre la réforme des retraites. À coup de 49.3, ça passe en force. La rue crie, la rue devient violente… Est-ce qu’Emmanuel Macron va enfin écouter ? Mieux encore, entendre ?


Mon mari pense que oui, moi qui lis le bouquin, j’en doute vraiment.


Notre Président aime gagner, c’est comme ça. La réforme des retraites ? Il ira jusqu’au bout !


Si je poussais le bouchon, je dirais même qu’il doit jouir de tenir bon et de gagner contre un peuple qui refuse de travailler plus longtemps.


Je l’imagine très bien, dans quelques mois, se pavanant dans les dîners mondains, entre Messieurs Minc et Attali : « Vous avez vu ? J’ai tenu ! Je n’ai rien cédé, Moi ! »


La lecture de l’ouvrage « Le traître et le néant » m’a confortée dans l’idée que je m’étais faite d’Emmanuel Macron mais hélas, il m’a aussi donné envie de suivre Michel Onfray dans sa décision de ne plus aller voter.


Ce livre, en effet, décrit trop bien à quel point les élections sont une farce. Une farce dont les électeurs sont les Dindons.


Tout est joué d’avance ! Nous ne sommes que des pions sur un jeu d’échecs. Le but du jeu : Nous utiliser pour des ambitions personnelles !


Alors, à moins que Front Populaire ne présente demain un candidat qui me fasse changer d’avis, en 2027, je resterai chez moi. Je crois que c’est le seul vrai moyen d’être révolutionnaire aujourd’hui : Refuser d’avaler la soupe qu’on nous sert depuis tant d’années !


66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Adolescentes

Dernièrement, j’ai écouté le témoignage de Judith Godrèche. Puis j’ai écouté celui du réalisateur Benoît Jacquot. Et là, je dois dire que cela m’a fait « tout drôle » : J’ai eu l’impression d’entendre

Comments


bottom of page